⋅ 36 / 60 ⋅

Carole and Tuesday
Saison 1, épisode 04
Video killed the radio star

[Les deux personnages masculins du groupe principal, côte à côte, cheveux en pétard et pas encore bien réveillés, se brossent les dents.]

Passer un bon moment, en s’affairant, voilà le message, et ce fut un succès ; peu important le résultat, l’essentiel étant de faire de son mieux, d’utiliser ce qu’il y a de créativité en nous ; technique au rendez-vous, second degré léger bienvenu, désinvolture acceptable ; mais ça foire quand même un peu, malgré les bonnes intentions, malgré le fait que j’aimerais apprécier vraiment, la faute à ces personnages dont le charisme ou l’attrait m’échappe ; l’absence de romance, d’enjeu, de tension, pèse évidemment énormément aussi : c’est bien vide… et la musique était redondante cette fois-ci. Alors qu’en faire ? C’était un épisode amusant, et dans ce cas, je veux bien regarder sans m’y accrocher plus que ça, pour profiter de cet univers de science-fiction ni dystopique ni apocalyptique, ce qui est finalement bien rare ; un univers de science-fiction sucré et solaire, apolitique en somme, qui se contente d’extrapoler petitement. Un univers qui manque tout de même et surtout sacrément de coffre, parce que réduit à quelques obsessions ou recettes de Watanabe et à quelques bonnes idées piochées ici ou là, notées peut-être sur un carnet à l’occasion… et supposément vendeuses… La réalisation n’a à peu près aucun intérêt… J’ai été étonné de retrouver un genre d’hommage à des pratiques cinématographiques qui m’évoquent Gondry, par quelqu’un qu’on sait apte à présenter de l’académique de haute volée… Et je ne peux pas me retirer de la rétine cette impression que ce maître renie son art et se renie un peu plus à chaque seconde de ce métrage qui passe.

★ 6/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le