⋅ 71 / 82 ⋅

Kimetsu no yaiba
Saison 1, épisode 11
La Maison aux tambours

[Le boulet de nouveau personnage, geignard, s’accroche littéralement au protagoniste qui doit le traîner.]

Longue introduction très laborieuse, notamment du fait de l’apparition d’un personnage absolument insupportable parce qu’il n’arrête pas de gueuler et de gesticuler ; le pire étant que son attitude contredit ce que le scénario avait mis en place jusqu’ici, et particulièrement pendant la sélection à laquelle il aura survécu, contrairement à tant d’autres, malgré sa hantise et sa couardise ; j’ose espérer que ses compétences se révéleront, le moment venu, époustouflantes pour compenser, même si ça paraît difficile étant donné la purge qu’était cet épisode, qui jouait quand même la carte de l’horreur et tentait d’instaurer la peur chez le spectateur aussi, ce qui était bien sûr impossible dans ces conditions ; les gémissements et hurlements ont persisté, excessifs, sans que ça ne dérange plus que ça un protagoniste auquel je ne pouvais dès lors plus du tout m’identifier ; la capacité de l’ennemi, ébauchée de manière pertinente par interstices entre ces frasques, m’a semblé à l’inverse plus intéressante ou avoir un meilleur potentiel que celles des du duo d’adversaires précédents ; rien à l’image ne m’a touché, mais quelques notes ou sons m’ont davantage interpelé ; j’ai regardé cet épisode parce que j’avais commencé la série plutôt que par envie, reste à voir si le phénomène se reproduira encore et pendant combien de temps…

★ 3/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le