⋅ 75 / 82 ⋅

Kimetsu no yaiba
Saison 1, épisode 15
Le Mont Natagumo

[Seul en plein milieu du cadre avec une immense lune derrière lui dans ce plan nocturne, ce nouvel adversaire aux caractéristiques d’araignée, en kimono blanc et aux cheveux rosâtres et crochus. Une belle image, très contrastée.]

Tant de temps perdu dans ces joutes verbales puériles, et, pire finalement, dans ces explicitations vocales des faits cinématographiques et scénaristiques. Lenteur retrouvée après les sketchs d’entrée ratés, mais une ambiance nocturne hostile et poétique qui transparaît parfois, entre les cris inutiles. Le fait que les ennemis ne profitent pas des défauts de leur adversaire les rend d’entrée caduques car bêtes ou incompétents, ce qui est renforcé par les anonymes qui à la place des personnages principaux se font avoir. Je suis déçu, aussi, par la manière d’amener les rencontres : sommes simplement guidés par les piafs parleurs et trop bien informés jusqu’aux repères (sans recherche donc, sans enquête, sans errance non plus), où seules des proies égarées semblent venir perturber ou nourrir les monstres. Et puisqu’il n’y a jamais de contact porteur de sens avec la vie de la cité, puisque ce monde que sont censés défendre les guerriers que nous accompagnons n’existe qu’en théorie trop souvent, alors leur raison d’être et d’agir, et la nôtre de regarder, s’efface, laissant peu à peu sa place à l’ennui ; ce qui n’adviendrait pas si les scénaristes assumaient la médiocrité de leur matière et la compensait ou complétait sincèrement. Au lieu de quoi l’on se paye tout ce faux contexte qui me fatigue, et toujours à cause de cet abject formatage industriel.

★ 3/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le