⋅ 30 / 82 ⋅

Seirei no moribito
Saison 1, épisode 02
Le chasseur et la proie

Je trouve l’animation vraiment agréable, très réaliste, comme le reste : le soin apporté, par la précision et le détail, notamment historique et quant à la manière de vivre à l’époque, favorise grandement l’immersion. Les interactions entre les personnages étaient par ailleurs bienveillantes, tant du côté du pouvoir que de la garde du corps, temporairement seulement sans doute, mais cela fait du bien aussi. La musique de Kenji Kawai, que j’avais écoutée longuement avant de regarder ce début de série, aurait tendance à me faire sortir de la fiction en focalisant mon attention. En l’état, c’était en tout cas parfaitement homogène, mené avec délicatesse, et très prometteur. Je trouve intéressant, aussi, que ce prince qui sort d’un cocon très particulier, soit autant fier qu’il est effectivement et logiquement un boulet. Et j’y pense, la filature a été très bien intégrée à la narration : discrète et sans ficelles, mais évidente, tandis que les précautions prises pour l’esquiver étaient du même ordre : réfléchies, méticuleuses.

★ 8/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le