⋅ 23 / 60 ⋅

Seirei no moribito
Saison 1, épisode 04
Les écrits de Torogai

C’est toujours aussi pointu : l’usage des plantes médicinales, les us et coutumes en lieu médiéval japonais, les tenues, les postures, la calligraphie, les rôles et castes, et de là les attitudes des uns et des autres selon qu’ils sont d’un rang ou d’un autre ; à cela s’ajoutent la magie et l’affrontement – shamane et samouraïs – qui ne sont ni prépondérants, ni oubliés ; les dialogues informent le spectateur sans tomber dans l’explication, et peu à peu l’enjeu d’ampleur se met en place ; il n’y a que le contraste excessif qui me gêne un peu (or je ne peux affirmer qu’il soit une volonté des fabricants) ; j’aurais pu trouver le déroulement lent sans ces détails qui viennent nourrir la narration ; il y a aussi ce rapport à la nature, sa présence (le temps change, les animaux vivent), son importance même, puisqu’elle s’inscrit en nœuds clés dans le scénario, et ces relations qu’entretiennent les personnages du camp humaniste, qui me plaisent ou me rassurent (l’opposition d’avec la noblesse ne supportant aucune « souillure » et tellement trop rigide et fière est nette) ; l’épisode m’a, cela dit, donné l’impression de faire tampon, de (nous) retenir, convalescence légitime aidant ; un épisode de transition donc (et déjà).

★ 7/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le