⋅ 28 / 60 ⋅

Shingeki no kyojin
Saison 1, épisode 50
La cité où tout a commencé

[Plan large et courbé comme s’il était capté par un objectif, avec deux personnages au centre, dont une tend son lanceur de fumigène vers le haut avant de tirer pour déclancher l’action.]

Tension admirable ; le scénario l’est aussi, l’image, la réalisation, tout est parfait. J’adore les visages dans les capuches, les expressions faciales noircies d’inquiétude puis de rage puis de peur à nouveau puis d’épiphanies sans cesse interrompues, par une giclée de sang, par un éclair transformant. Retrouver cette musique épique, cette ambiance lumineuse mais pas saturée, à mille lieues de notre modernité, retrouver ces enjeux d’une ampleur terrible et en même temps si proches de chaque personnage, qui fait partie des derniers, retrouver ces couleurs et cette manière d’adapter le trait du manga, ces mouvements et glissades aériennes, largement aidés des bruitages, retrouver cette liberté, replonger dans cette aventure critique et dans une phase absolument cruciale, tout ça procure un plaisir immense. En point d’orgue de ce plaisir : ce plan traversant depuis le bas vers le ciel puis en rechute ; envol sans ailes ; envol éphémère ; êtres chétifs inéluctablement retournés au sol, où rôde le mal, que l’écriture prend soin de cacher… La suite s’annonce ébouriffante, la situation étant finalement encore un peu plus insurmontable au moment de ce dénouement temporaire. Qu’il va être dur, agréable et précieux d’attendre la suite !

★ 9/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le