⋅ 32 / 36 ⋅

Shingeki no kyojin
Saison 1, épisode 52
Irruption

[Le titan colossal en pure Némésis biblique accompagné de sa grêle de feu, debout sur la ville en flammes.]

Il devient de plus en plus difficile d’envisager une issue favorable pour le camp dans lequel se reconnaît le spectateur, et c’est une excellente chose. J’avoue que je me demandais comment cette situation pourrait s’étirer sur une douzaine d’épisodes, et celui-ci m’a donné des éléments de réponse : avec un peu de retour dans le passé, qui précise le contexte, et par le dialogue. Ce dernier point me gênerait si ces dialogues n’apportaient rien sur le fond, or l’échange entre Armin et Bertolt, pour le cas du jour, a transformé le premier, dont la faiblesse s’exprime au pire moment, et a modifié la perception du second par le groupe incluant le spectateur. Ce n’est pas si fréquent. Le scénario tire, pour y parvenir, parti des vies qui continuent en parallèle de celles auxquelles nous participons effectivement : l’univers est cohérent, et l’adversaire poursuit lui aussi son chemin, si bien que chaque rencontre, déjà capitale, devient le moment d’évolutions importantes. Je constate aussi que l’horreur des titans mangeant des humains a perdu en intensité : on s’habituerait même à ça… Souvent, l’horreur crue et réelle celle-là, qui perce à travers les médias qui vont vraiment leur boulot, m’interroge : comment accepter de vivre toujours en la côtoyant. Je ne sais dire si, cette possibilité d’une sorte de désensibilisation, a quelque chose de positif, en ce qu’elle autoriserait la survie. Shingeki no kyojin parvient à me faire réfléchir à ça, depuis le confort paisible dans lequel je vis. La fiction, et celle-ci en particulier, me plonge dans un univers certes factice, mais crédible. Crédibilité qui tient à la faiblesse d’Armin, à l’impuissance presque permanente de la plupart des personnages, à la mort continuelle de ces derniers. C’est une vision de l’humanité (s’entre-tuer jusqu’aux derniers, sans d’ailleurs en comprendre les raisons, ce qu’Armin, encore lui, ne supporte pas) que certains tentent de minimiser en ce moment, au profit d’un altruisme dont nous garderions le potentiel, y compris donc, dans les situations les plus terribles. À travers l’horreur, cette série ne cherche pas simplement à provoquer des sensations, mais, par le fil qu’elle tire, à interpeller, et à questionner. C’est précieux, au point que l’excellente technique passe au second plan.

★ 7/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le