⋅ 69 / 82 ⋅

Shingeki no kyojin
Saison 1, épisode 58
Le titan assaillant

[Vue de travers et semi-plongeante sur les grilles d’un cachot. On discerne derrière elles le corps recroquevillé de Mikasa, enfermée pour s’être rebellée contre un ordre.]

Du dialogue uniquement, mais l’histoire est si prenante, la quantité d’informations telle, que ça passe, et vite. Je constate que chez WIT aussi, animer des expressions faciales et des attitudes fines est plus difficile et le résultat moins bon que lorsqu’il s’agit d’animer de grands gestes en pleine action. J’apprécie grandement le parallèle entre les époques, ou plutôt la continuité dans le temps grâce au fantastique, et de voir surgir encore le surnaturel dans cet univers pourtant déjà rempli d’horrifique merveilleux : du fait de ces savoirs qui surgissent, la réalité ne cesse de s’amplifier et de devenir à la fois de plus en plus vaste et de plus en plus complexe et dingue. Le tout avec une belle lisibilité, même si je ne réussis pas à faire tous les liens en premier visionnage. Il reste qui plus est du non-dit traversant cette accumulation de révélations (en l’occurrence chez Mikasa, qui aurait effectivement des raisons de déprimer face à une mort prématurée annoncée…), et le fait que les informations soient véhiculées intelligemment (notamment au gré d’audiences et de rassemblements) me ravit. Je ne peux cela dit occulter parfaitement cette espèce de creux dans lequel l’histoire se situe : les leviers vers l’après manquent, et la tension est redescendue au point de disparaître tout à fait, même si une menace renouvelée vient d’être formulée. Le spectateur que je suis ne la sent pas pour le moment, et je me demande comment elle va être réintroduite concrètement. Comparé à la situation initiale explosive et qui n’a cessé de s’affermir depuis dans une crise permanente, le genre de trêve actuelle fait bizarre.

★ 6/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le