⋅ 80 / 82 ⋅

Stranger things
Saison 3, épisode 03
The case of the missing lifeguard

[Plan nocturne, sous le portique où se disputent deux des garçons du groupe d’ado. On les voit de profil, ressortant devant la pluie battante et cette ancienne voiture éclairée par la lune ou un lampadaire à l’arrière-plan.]

Un épisode effrayant comme rarement, et en même temps très touchant. Nuit et pluie battante ; la musique qui me prend, m’emporte et chaque fois change, mais presque aussitôt me reprend ; rythme parfait : les séquences s’enchaînent depuis l’introduction superbe et toutes cette fois autour du même axe ; retour dans l’univers mental parallèle, perte de repères, sensations fortes ; des frissons plus loin ; chaque groupe en venant, à son rythme, à l’évidence. Le sucre solaire me manquera, mais j’aime au moins autant lorsqu’on danse ainsi à l’orée des abîmes ; et celle qui s’y fait tirer, et celle qui en bête vorace s’est faite transformer, et celui dans lequel le mal s’est incarné et dans le regard duquel on revit le renvoi final de la saison précédente… Que de moments, de souvenirs en dedans et dehors de la diégèse, d’images qui resteront, d’éclairs et quelques sursauts, le tout pendant que la fiction transforme le réel en terrain de jeu, affleure aux zones qu’on ne peut qu’imaginer, qu’imager, un tout parfois si accueillant, parfois bien inquiétant. Car dans la nuit rodent les Russes les rats les mutants mangeurs d’engrais et de pesticides et les envahisseurs de l’au-delà, rien que ça.

★ 10/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le