⋅ 16 / 58 ⋅

The Get Down
Saison 1, épisode 01
Le trésor se trouve dans la ruine

Épisode épuisant ; tête retournée ; suis gonflé à bloc ! la musique le graff la danse ; mais pas le fluide cinématographique : c’était pressé, condensé, densifié, coupé chaque seconde avec des inserts avec des images d’archive et la caméra jamais vraiment fixe et les personnages rarement posés ; le protagoniste l’était ; inquiet, recroquevillé, transi d’amour ; se battant débattant avant d’entrer en contact avec le transmetteur fan de kung-fu et DJ en devenir ; disco, rue, rap ; mais la tranquillité puissante de Saturday night fever qui manque ; Baz adolescent qui en fait tellement pour plaire qu’il en fait trop, comme sa belle à la voix caramel qui pleure puis plus après avoir accepté puis rembarré puis s’être fait taper ; le vinyle incassable en fil rouge ; la ville en support, la ville d’alors, mêlée d’images de synthèse d’aujourd’hui dans une vision fantasmée sucrée ; sucre et coke et même une fusillade après quelques plans de parkour ; culture ivre, culture foisonnante, aube culturelle dans la cité dévastée bientôt récupérée et les aspirations de chacun le tout se mêlant dans un bain de sueur et de chants et quelques gouttes de sang ; sur les toits, le rêve s’affirme chaud au soleil levant la nuit blanche tandis qu’en épilogue comme au prologue le futur industriel me refroidit net ; et si l’enchaînement n’était pas fluide il était entraînant, pour le moins entraînant encore qu’usant ; les gamins charismatiques la maîtresse belle et ferme et proche la matrone forte et pas trop vulgaire elle aussi refroidie ; noirs et hispaniques et d’ailleurs sans forcer : on y était, plongé, dans l’alternative certes embellie de beautés en plus d’avoir été édulcorée pour la romance musicale, mais à des années lumières des merdes communautaristes ; ici la vie, folle, ahurie, que donne un réalisateur scénariste passionné adoptant le monde autant que le créant ; écrire et réécrire l’histoire, la dire encore, la redire, la rythmer, se l’approprier : sacré travail de re-créateur ; épuisant, un travail certainement épuisant, un résultat épuisant, qui a la richesse d’alors, pas gentrifiée pas sclérosée pas encore tout à fait commercialisée vidée ;

★ 8/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le