⋅ 10 / 16 ⋅

The Get Down
Saison 1, épisode 2
Choisis ceux qui attisent le feu de ta passion

D’une densité remarquable ; spectre émotionnel étendu, entre le drame et les élans, les phases d’emphase positives, précieuses, nombreuses ; c’est autant la manifestation de tout l’amour que l’on peut porter à la musique, à ses formes et à la scène, qu’une colossale embrassade aux cultures ethniques ; elles se mêlent comme le reste à l’image et dans le casque, entre ses langues, entre ses corps aux formes et aux atours différents ; c’est un passé et un lieu décrits comme invivables, dans lesquels la mort rode et le meurtre arrive, dans lesquels ils font mieux que survivre pourtant, dans lesquels ils exultent, en l’occurrence en performances fluides, entraînantes, cohérentes ; c’est rude et c’est bon, plutôt bon que rude, c’était sucré, coloré, mouvant, accaparant, et cette fois pas épuisant ; trajectoires développées, parallèles aidant, dans une fiction corpulente, pleine d’excès et de braises, pleine surtout et finalement d’une écriture impressionnante et dite, qui me touche plus que le reste et me fait une ligne de survie, ce qu’elle est pour le protagoniste ; en suis sorti avec l’envie de conquérir le monde et par l’art.

★ 9/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le