⋅ 66 / 82 ⋅

Yowamushi pedal
Saison 1, épisode 03
Je n’ai pas d’amis

[Un genre de route ou de voie gris-jaunâtre occupe 90% de cette image archi-moche. Au centre, le cycliste en synthèse façon dessin animé, vu de dessus, depuis le côté gauche et l’arrière.]

Réussir à maintenir l’intérêt avec si peu sur le plan scénaristique est en quelque sorte remarquable… La compétition qui s’est poursuivie en première partie d’épisode a aidé, relancée à nouveau une ou deux fois grâce à quelques ressorts assez peu percutants mais qui ont le mérite d’exister. Comme d’habitude, les explications apportées aux petits nouveaux par les observateurs passionnés (intégrés précédemment au pied de biche) permettent de renseigner aussi le spectateur. C’est beaucoup trop didactique. La relation entre les deux cyclistes a cela dit progressé, l’un ayant gagné le respect de l’autre. Le protagoniste continue de découvrir ou de redécouvrir des sensations, ce qui est assez agréable, et les détails concernant le vélo, en tant qu’objet et en tant que pratique sportive, viennent habiller le tout, mais me laissent tout à fait froid. Bref, j’en ressors avec cette sensation malheureusement banale de m’être fait embarquer pour rien, ce qui est notamment dû au fait qu’aucune image ne peut me rester avec cette esthétique d’une platitude totale : urbaine, propre, à la luminosité et aux couleurs constantes, sans éléments ni climat, et restreinte par les objets calculés et les frontières étanches qu’ils forment constamment dans le visuel.

★ 4/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le