⋅ 2 / 36 ⋅

Yuri on ice
Saison 1, épisode 01
Le Grand Prix des larmes

L’animation et le graphisme buttent ; dommage que le rythme effréné (et les sous-titres, il faut l’avouer) empêchent d’en profiter pleinement ; dommage aussi que la musique et la pratique sportive, lors de ce moment d’action long et mettant en parallèle, ne me touchent pas voire me rebutent (surtout côté musique) ; à part ça, c’était excellent : nombreux personnages installés comme si de rien n’était, sans la moindre lourdeur, dans un flux menant d’un échec à un renouveau en passant par un questionnement légitime et une romance tue autant que tuée dans le feu d’un art au sommet qui ne laisse aucune place au reste ; solitude, travail, passion, mais pour quelles raisons ? Pour elle, pour lui ? Pour eux deux sans doute… En tout cas, lui a, soudain, été touché… Charisme du patineur blond casse le crâne, tandis que suis tombé illico amoureux de la donzelle devenue maman. Vive l’animation japonaise ! Et même la justification menant au renouveau, par la vidéo, l’usage d’internet, mais détourné, non souhaité, à l’opposé de ce que faisait Trigger en somme, a fonctionné. 8/10, parce les caniches, c’est moche, mais surtout parce que n’ai pas eu le temps de respirer, et déteste ça. Mais que vive l’animation japonaise ! Tout de même !

★ 8/10 ★

Œuvre dévoilée au public le
Œuvre auscultée par mes soins le
Impressions formulées le
Impressions publiées le