Warning: file_get_contents(/home4/t3radmin/public_html/medias/images/captures/forest_swords_weight_of_gold_im08_1280x720_principale.json): failed to open stream: No such file or directory in /home/t3radmin/public_html/archi/parties/head.php on line 57

Une pesanteur vrillée dans les sables

Forest Swords – The Weight of Gold

Copyright Nowness & Fox Devil Films GmbH & Rattling Stick & The Amoveo Company
Réalisé par Benjamen Millepied, avec Billy Barry

Se laisser chuter…

Le rapport du corps à l’espace, le corps dans le paysage, un corps presque nu, un corps d’homme ou de femme presque, androgyne dit-on, un corps au-delà de ça, de ces considérations, le temps d’un clip, d’une expression, d’une danse, d’une musique, qui ne parle pas mais dit et tant.

Un chemin d’abord, vers l’horizon, une plage enfin et les remouds de l’eau qui va et vient jusqu’au seuil de la terre ferme en sable fin. Du sable ailleurs, presque partout, dans un désert froid à l’écran, et la peau de bête le confirme en quelque sorte.

Se laisser chuter, encore.

Des chaussures simples mais qui permettent la marche et donc la danse, un tee-shirt ample, comme déchiré mais en fait non, un short long et large, et les mouvements du squelette et de sa chair et de ses muscles dans tout ça, à la fois simples et personnels. Terriens beaucoup, mais fins, animés, cohérents bien qu’incertains, jusqu’à cette crise compulsive qui mène à un après. Un plan une friche de couleurs et le retour à la cité… pas franchement espéré… Ça passe dans le flot des notes et des images, qui ne brise pas le rêve grâce au ralenti encore et encore…

Se laisser chuter… et les genoux attaquent le sol et le bassin amortit l’impact tandis que le haut du corps suit et s’affaisse, pour ne pas s’enfoncer d’abord. Ces mouvements du corps dans l’air sur un sol pourtant concret, dans une pesanteur pourtant infaillible, ils disent la liberté, ils donnent à croire qu’on est là et partout ailleurs. L’art, lui, de l’image et du son, de la chorégraphie et des rythmes, nous évade. Emportés, les sens en mouvementés, on traverse un moment, un désert, les éléments.

Apparition sur la voie vers l’horizon, cheminement, disparition. Avant l’océan, la promenade du vent sur la terre ; de l’humain les mains sur la face, qui se cache et se montre, en contraste de sons.